Exclusivitée chez les éditions Assia

Publié le par Abu Abdullah

 

 

Avertissement : Vous ne pouvez recopier le texte de ce livre ou presenter sa couverture sans en mentionner la source. ALLAH vous voit craignez le !!!

L’Islam et la dignité

 

 

de la femme

 

 

 

 

 

 

 

 

Dr Abdu-Razaq Ibn Abdul Mouhsin

 

 

Al Badr

 

 

 

 

 

 

Editions Assia

 

 

 

 

Extrait

 

 

 

 

 

 

La dignité de la femme dans l’Islam 

 

 

 

 

 

La religion islamique, à travers ses sages directives, veille à la protection de la femme musulmane, à la préservation de son honneur et sa dignité ; elle se porte garante de sa gloire et son bonheur, et lui assure les conditions nécessaires à une vie agréable éloignée des lieux douteux où règnent les tentations et la perversion. Tout ceci procède de l’immense miséricorde d’Allah  envers Ses serviteurs. En effet, il leur a envoyé Sa législation pour les orienter, les purifier de leur corruption, corriger leur dépravation, redresser et garantir leur bonheur. Ces dispositions merveilleuses instaurées par l’Islam constituent une soupape de sûreté pour la femme, voire pour la société entière, la préservant de toute tentation, de toute épreuve. Lorsque les principes de l’Islam concernant la femme ne sont plus appliqués dans une société donnée, celle-ci est envahie par la décadence et les maux, et les dangers s’y succèdent ; l’histoire abonde en témoignages de ce genre. En effet, celui qui médite sur l’histoire dans toute son étendue constate que, parmi les plus grandes causes de l’effondrement des civilisations, de la désagrégation des sociétés, de la dépravation des mœurs, de la propagation du vice, de la corruption des valeurs, de la multiplication des crimes, figurent l’exhibition impudique des femmes, et la généralisation de la mixité, les femmes se parant toujours davantage et faisant étalage de leurs charmes devant des étrangers.

 

 

 

 

Ibn Al Qayyim –qu’Allah lui accorde la miséricorde- a dit : « Il n’y a pas de doute que le fait de donner aux femmes la possibilité de se mêler aux hommes est l’origine de tous les malheurs et compte parmi les principales causes qui suscitent la descente des sanctions divines générales ; de même, c’est l’un des principaux facteurs de corruption des affaires publiques et privées. La mixité encourage les actes immoraux et l’adultère, ce qui entraîne nombre de fléaux et d’épidémies corrélatives[1] . Lorsque les prostituées se mêlèrent aux soldats de Moïse et que le libertinage se généralisa, Allah leur envoya la peste et en un jour, il y eut soixante-dix milles morts ; c’est un récit célèbre que l’on trouve dans les livres d’exégèse du Qur’an. Parmi les principales causes de fléaux collectifs, il y a donc bien la généralisation de l’adultère, qui se produit lorsque l’on permet aux femmes de se mêler aux hommes, d’étaler leurs charmes et de se faire belles lorsqu’elles évoluent parmi eux. Si les dirigeants connaissaient la corruption de ce monde et des individus –avant la religion- que cela suscite, ils seraient les plus décidés à l’interdire. » [2]

L’Islam a apporté des mesures préventives et des traitements qui éradiquent ces dangers et débarrassent la société de ces fléaux. Ce sont des préceptes bénis qui aident à éviter les actes immoraux et à s’éloigner de l’impudeur ; il s’agit donc d’une manifestation de la miséricorde d’Allah envers ceux de Ses serviteurs qui souhaitent préserver leur honneur et les protéger contre l’avilissement dans la vie présente et le châtiment dans l’au-delà.

 

 

 

 

D’après les enseignements de l’Islam, lorsque survient la tentation par les femmes, elle entraîne des fléaux, des malheurs et des dangers dont on n’imagine pas la portée et dont l’issue est déplorable.

 

 

 

 

Al Boukhari et Mouslim rapportent d’après Oussama ibn Zaïd  que le Messager d’Allah Saws  a dit : « Je n’ai pas laissé derrière moi une tentation plus préjudiciable aux hommes que (la tentation) des femmes. » [3] .

 

 

 

 

Mouslim rapporte d’après Abû Saïd Al Khudry que le Prophète Saws  a dit : « Craignez ce bas monde et craignez les femmes car la première tentation des enfants d’Israël se manifesta par les femmes » [4] .

 

 

C’est pour cette raison que l’Islam a établi, pour elle et pour l’homme, des normes saines et des prescriptions importantes dont l’observation assure le bien, la vertu et la dignité dans la vie présente et dans l’au-delà. Allah  dit :

 

 

 

 

 

 

« ( Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C’est plus pur pour eux. Allah est , certes , parfaitement Connaisseur de ce qu’ils font . Et dis aux croyantes de baisser leurs regards et de garder leur chasteté…) [5]

(Ô femmes du Prophète ! Vous n’êtes comparables à , aucune autre femme . Si vous êtes pieuses , ne soyez pas trop complaisantes dans votre langage , afin que celui dans le cœur et malade [l’hypocrite] ne vous convoite pas . Et tenez un langage décent . Restez dans vos foyers ; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes avant l’islam (Jahiliyah) » [6]

(Ô Prophète ! Dis à tes épouses , à tes filles , et aux femmes des croyants , de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées . Allah est Pardonneur et Miséricordieux .) [7]

 

 

Les propos allant dans ce sens sont nombreux dans le Qur’an et la Sunna. L’Islam n’a pas imposé ces normes dans le but d’entraver les libertés, ni pour opprimer les hommes mais plutôt dans le but de protéger la société, de sauvegarder ses vertus et de préserver sa gloire et sa dignité.

 

 

 

 

 

L’Islam n’a pas prescrit ces normes à la femme musulmane pour entraver sa liberté, mais pour la préserver du mépris et du dévergondage, l’empêcher de tomber dans le crime et la perversion et pour la vêtir du costume de la piété, de la pureté et de la chasteté ; de cette façon, il a obstrué toute voie qui mène au dévergondage ou conduit au vice. C’est là la dignité véritable de la femme.

 

 

 

 

 

 

 

 [1] Comme le Sida, la syphilis, la tuberculose, etc.

 

 

 [2] Rapporté dans At-Tourouqul Houkmiya (p281).

 

 

 [3] Rapporté par Al Boukhari (h5096) et Mouslim (2740).

 

 

 [4] Rapporté par Mouslim (h2742).

 

 

 [5] Sourate An-Nur, Versets 30-31.

 

 

 [6] Sourate Al Ahzab, Versets 32-33.

 

 

 [7]Sourate Al Ahzab , Verset 59.

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article