Eclaircissement des doutes concernant le mot Salafi Par Shaikh Salim Al-Hilali

Publié le par abouzakariya

 3D Space wallpaper 

 

 

Eclaircissement des doutes concernant le mot Salafi Par Shaikh Salim Al-Hilali

 

1. L’utilisation du nom « salafi » est-elle une innovation ?

Certaines personnes disent : « sappeler salafi est une innovation parce que du temps du messager (Prières et bénédictions d’Allah sur lui), les compagnons ne se sont pas appelés par cela. »

Réponse : le mot salafi ne sest pas appliqué au temps du messager (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) et de ses Compagnons parce quil ny avait aucun besoin de cela, puisque les premiers musulmans étaient sur la forme correcte de lislam. Ainsi il ny avait aucun besoin du mot salafi, puisquils étaient naturellement sur cette compréhension (correcte) (de lislam). De la même façon ils parlaient la forme pure de la langue arabe – sans fautes grammaticales et erreurs. Donc les sciences de Nahu, Sarf et Balagha nont pas existé jusqu’à ce que les erreurs grammaticales apparaissent. Ainsi, quand ces erreurs grammaticales sont apparues, les sciences qui posent des directives pour la langue sont aussi apparues par la suite. De la même manière, quand sont apparues les divergences et les déviations de la masse des musulmans, le mot salafi a commencé à apparaître en réaction à cela. Et en outre, le messager (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) a donné une indication vers cette compréhension dans le hadith qui annonce que la umma se divisera en sectes, lorsqu’il a dit : « (le groupe qui est sur) ce sur quoi je suis, moi et mes compagnons. » Et quand les groupes islamiques se sont multipliés et que tous ont commencé à prétendre quils suivaient le Quran et la Sunna, les savants de la umma lont pris à leur compte pour le différencier du reste. Donc ils lont appelé : Ahlul-Hadith et les Salaf. C’est pourquoi, le mot salafi se distingue de tous les autres groupes islamiques. Puisquil sattribue à quelque chose qui garantit à ses adhérents quils sont sur la forme correcte de lislam qui est : Adhérer étroitement à ce sur quoi étaient les compagnons du messager dAllah (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) - les Muhajiroun, les Ansar et ceux qui les ont suivis dans la bonté. Ceux-ci sont les générations des musulmans qui ont reçu le témoignage et laffirmation de leur excellence.

 2. Il est dit : « pourquoi devons-nous nous réclamer des Salaf quand Allah dit : « lequel vous a déjà nommés musulmans avant (ce livre) et dans ce (livre). » [Sourate Al-hajj : 78]

Réponse : Nous présenterons au noble lecteur un débat court qui est arrivé entre notre Shaikh (cest-à-dire. Al-Albani), rahimahullah et le professeur Abdul-Halim Abu Shaqa, auteur du livre « la libération de la femme pendant le temps de la révélation » : Shaikh : « si l’on vous demande « Quel est votre madhab ? », que direz-vous ? » Abu Shaqa : je dirai : « je suis musulman. » Shaikh : « ce nest pas suffisant. » Abu Shaqa : « mais Allah nous a nommés musulmans. » Et ensuite il a récité le verset : « lequel vous a déjà nommés musulmans avant (ce livre) et dans ce (livre). » [Sourate Al-hadj : 78] Shaikh : « cest une réponse correcte - si nous vivions pendant la première génération, avant la propagation des groupes. Ainsi si nous devions demander à un musulman aujourdhui, parmi ces groupes desquels nous divergeons fondamentalement dans le credo, sa réponse ne serait pas différente, tous - le Shii, le Rafidi, le Khariji, le Durzi, le Nusairi, le Alawi - diraient « je suis musulman. » Donc ce nest pas suffisant de nos jours. » Abu Shaqa : « si alors je dis : « je suis un musulman sur le Quran et la Sunna. » Shaikh : « ce nest pas aussi suffisant. » Abu Shaqa: « pourquoi pas? » Shaikh : « Pouvez-vous trouvez une personne des gens que nous venons de citer en exemple disant : « je suis un musulman qui nest pas sur le Quran et la Sunna. » Quelle personne dira quelle nest pas sur le Quran et la Sunna ? » Alors le Shaikh a commencé à lui expliquer limportance de cette expression supplémentaire, que nous avons adopté. Et qui est : le Quran et la Sunna avec la compréhension des Salaf As-Salih (pieux prédécesseurs). Abu Shaqa : « alors je suis un musulman sur le Qur’an et la Sunna avec la compréhension des Salaf As-Salih (des pieux prédécesseurs). » Shaikh : « ainsi si quelquun devait vous demander quel est votre madhab, vous le lui diriez ? » Abu Shaqa : « Oui. » Shaikh : « que penseriez-vous si raccourcissions ceci linguistiquement, car les meilleurs types de discours sont ceux qui sont courts, mais ont beaucoup de significations ? Disons donc (seulement): je suis un salafi. » Abu Shaqa: « je pourrais être poli avec vous et dire oui, mais ma croyance est la même qu’auparavant. Parce que quand les gens entendent dire que vous êtes un salafi, la première chose qui leurs vient à l’esprit est ce qu’ils ont éprouvé de la rudesse de certains des extrémistes parmi les salafis. » Shaikh : « votre supposition est correcte, si vous dites : « je suis un musulman », ne penseront-ils pas que vous êtes un Shii ou un Rafidi ou un Durzi ou un Ismaili, etc ? » Abu Shaqa: « probablement, mais jaurais suivi le noble verset: lequel vous a nommé musulmans. » Shaikh : « non, mon frère! Vous navez pas suivi le verset parce que le verset fait référence à la forme correcte de lislam. Il est nécessaire que vous parliez aux gens selon leurs niveaux de compréhension – tout le monde comprendra-t-il de vous que vous êtes un musulman selon le sens visé dans le verset ? Et les choses contre lesquelles vous venez d’avertir peuvent être correctes ou peut-être pas, parce que « la rudesse » que vous avez mentionné - peut être trouvée chez quelques individus, mais pas comme une méthodologie de croyance et de connaissance. Donc laissez les individus de côté car nous parlons de la méthodologie. Car si nous disions : Shii ou Durzi ou Khariji ou Sufi ou Mutazili, ces mêmes choses contre lesquelles vous avez averties (cest-à-dire la rudesse) apparaîtraient deux (aussi). Donc ce nest pas notre discussion. Nous cherchons un nom qui fournit une indication de la croyance dune personne, par lequel il adore Allah. » Shaikh : « les Sahabas nétaient-ils pas tous musulmans? » Abu Shaqa : « bien sûr. » Shaikh : « mais malgré cela, il y avait parmi eux ceux qui ont volé et ceux qui ont forniqué, mais cela na poussé aucun dentre eux à dire : « je ne suis pas un musulman. » Plutôt sa méthodologie était : il était musulman – croyant en Allah et en Son messager - cependant il contredisait sa méthodologie de temps en temps, car il nétait pas infaillible. Donc, qu’Allah vous bénisse, nous parlons dun mot qui indique notre croyance, nos idées et notre source de référence dans notre vie qui soit rattaché aux affaires de notre religion, par lequel nous adorons Allah. Et que cette personne soit dure et cette personne clément, est une autre question. » Alors le Shaikh dit : « je veux que vous envisagiez ce mot concis jusqu’à ce que vous ne persistiez plus dans (la seule) utilisation du mot musulman. Et vous savez bien qu’il nexiste personne qui comprendra ce que vous avez lintention de dire, donc parlez aux gens selon leurs niveaux de compréhension. Et qu’Allah vous bénisse pour votre mise en conformité (avec la vérité). »

 

Article tiré du site al-manhaj.com Source : Limadha Akhtartu Al-Manhaj As-Salafi (page. 36-38)

 Traducteur : abu maryam ismail alarcon Traduit en français par les salafis de l’Est

 

 

Publié dans Articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article